Oser dire NON pour se dire OUI à SOI

par | Oser comme Katewoman

OSER dire NON, permet d’AGIR pour ne plus SUBIR.

 

C’est dire “Stop, je suis là…” et prendre sa place,se respecter, et donc se sentir respecter en sachant poser ses limites.

Quand tu oses dire “non”, cela renforce la confiance en toi pour  agir et entrer dans l’action.  Cela te permet de faire ce qui t’ anime, de réaliser tes projets et ne plus agir seulement dans l’intérêt des autres. En fait, prendre ta vie en main et ne plus être une victime.

La plupart des femmes que j’accompagne ne se sont pas données le droit d’exister et ont voulu tellement bien faire pour exister aux yeux des autres et recevoir leur amour, qu’elles en arrivent à ne plus avoir confiance en elles, manquent d’estime d’elles-même et subissent de la part des autres, leurs reproches, leur autorité, leur influence …

Vous aussi, vous vous sentez concernées ? Êtes vous vraiment prête maintenant à dire STOP pour exister telle que vous êtes et ne plus subir ?

Je sais que ce n’est pas facile d’apprendre à dire non, cela peut paraître simple pour certaines mais pour celles qui n’ont jamais eu l’habitude de fonctionner ainsi, je sais que c’est très difficile.

Et crois-moi je suis plus que bien placée pour t’en parler. Je sais que ce n’est pas facile de dire non aux autres. Moi, j’avais l’impression d’être méchante ou de décevoir les autres si je leur disais non.  Je préférais dire oui par peur de ne pas être acceptée.

Ce n’était pas mon fonctionnement car j’avais  plutôt tendance à être “trop bonne, trop conne” , mais je me suis rendue compte que je me sentais beaucoup mieux dès que je prenais ma place plutôt que d’avoir peur de décevoir les autres.

A travers cet article, je  vous partage quelques clés sur ce qui  m’a aidé à dire non pour choisir de me dire oui. Pour m’affirmer en tant que personne et de m’autoriser à exister telle que je suis.

Faites vous partie de ces personnes qui ne se sentent pas soutenues, ni respectées ou qui ont tendance à toujours faire ce que les autres leur demandent ?

1ère clé : Se passer en priorité, pensez à soi avant les autres

Vous autorisez à  vous écouter, à connaitre ce qui est bon ou pas pour vous. Toujours penser à “Je veux…j’ai envie.. j’ai besoin…”

LES CONSÉQUENCES DE NE PAS OSER DIRE NON ?

Je sais, croyez moi, que ce n’est pas facile car je l’ai vécue.

Pour te sentir exister , tu es prête à dire “oui” à tout, tu  N’OSES PAS T’AFFIRMER car tu veux être aimée. Et tu as un très grand manque d’estime de toi, tu ne te sens pas importante, assez intéressante…

Fais-tu  partie de ces femmes qui s’oublient  et ne savent plus ce qui est important et bon pour elles ?

Je suis certaine que tu  es une femme charismatique. Tu as un bon  job. Tu es intelligente, dynamique et même si tu as toutes les compétences, tu ne te trouves pas assez intéressante. Donc, tu ne prends pas ta place et tu fais passer les autres  en premier.

Depuis  ton enfance, tu as voulu être sage, gentille. Tu réponds aux besoins de tes parents, de tes professeurs, de tes patrons et même de ton conjoint….Cela te parle je suppose ? Ne surtout pas faire de vagues et éviter les conflits pour être aimée.  Rassure-moi je ne suis pas la seule ?

Et pour toi, les désirs des autres passent avant toi, c’est normal et cela ne te dérange pas car  tu aimes faire plaisir….

Tu es devenue peut-être une gentille fille, jolie, potiche à qui on peut demander ce qu’on veut et qui ne réagit pas quand on lui parle mal.Tu  te remets toujours en question et tu penses que c’est  toujours de ta faute. Et le pire, c’est que tu culpabilises. !

Tu sais quoi ? En voulant prioriser les désirs des autres avant les tiens.  Tu  es en train de “rentrer dans un moule pour devenir une tarte”.

 Quelles sont les conséquences de tout cela sur ta vie de femmes…

  • En agissant ainsi, tu veux éviter les conflits donc tu évites de dire ce que tu penses de peur de froisser, de décevoir les autres et donc d’être rejetée. Alors tu préfères ne pas écouter ce que tu penses, ce dont tu as besoin.
  • Il n’y a pas de doutes, je l’ai testé. La seule manière d’être épanouie, de retrouver l’estime de soi et de prendre sa place est de dire ce que tu  penses , ce que tu ressens et ce dont tu as besoin pour être comprise, respectée et considérée comme une personne digne de confiance.

Les conséquences graves : 

Lorsqu’on est incapable de dire non, on est vite surmenée par toutes les tâches de la nana gentille qui est prête à rendre service et capable de tout faire, on peut  te demander tout ce qu’on veut,  tu dis toujours oui.

Par exemple,  si tu dois remplacer une collègue en congés, tu es capable de cumuler tous les postes, ou de faire des tâches que personne ne veut faire … ce qui provoque chez toi une frustration, un manque de motivation, un épuisement, un mal être…

Moi, dans le genre, je faisais 10 heures par jour sans pause déjeuner et sans récupérer mes heures puisque j’étais cadre… Ce qui fait qu’on prend l’habitude de se faire exploiter et non respectée. Mon premier patron m’a même mise au placard à faire du phoning quand je lui ai annoncé que je me mariais… et moi je n’ai rien dit parce qu’évidemment, je culpabilisais, et je pensais même que je le méritais … Du délire !!! quand j’y repense mais ce n’était que le début

Au travail, je travaillais 10H par jour . Le soir, je courrais pour récupérer mes filles, j’étais toujours la dernière à la garderie (vous savez la même que Florence Foresti et surtout pas comme  “les mamans calmes” ) de cet extrait. MDR

J’étais toujours stressée entre m’occuper de mes filles, faire les courses etc…..Bref, j’étais super speed, excitée, un TGV qui passe à grande vitesse devant vous, je parlais très vite, je passais mon temps à travailler, et le peu de temps qui me restait je courrais dans tous les sens pour assurer le quotidien et ma vie de famille. J’étais surmenée, je voulais assurer partout et en fait je faisais tout n’importe comment.

Alors que je n’étais pas obligée de faire tant d’heures, mais j’adorais mon travail, Je ne récupérais jamais mes heures, alors que je travaillais environ 50 heures par semaine, et j’étais payé sur une base de 35.

Alors au bout d’un moment, fatiguée de tout cela, qu’est ce que je faisais ? Devinez ?

Je me plaignais que je bossais trop, bien sûr je n’étais pas assez payée.

 

2ème clé : Ne pas culpabiliser, vous n’êtes pas la cause de ce mal être, c’est l’environnement de travail qui en est la cause. Comment stopper pour ne plus être victime mais actrice : Oser demander, dire ce qui se passe, ce que vous ressentez. C’est mettre un cadre pour se faire respecter.

Comment faire dans cet exemple : 

Il suffisait simplement de demander plutôt que de rester dans la frustration . Mais plus facile de passer pour une victime, me diriez-vous que d’assumer comme une grande et d’oser demander à mon patron et d’expliquer la situation . Vu le Chiffre d’affaires que je réalisais, il n’aurai de toute manière pas refusé que je récupère mes horaires au moins. Mais je voulais tellement être reconnue que je disais oui à tout, 5 jours en déplacement par ci et par là, puis les cotations à envoyer, gérer l’équipe et tout cela pour un salaire de misère.

Et de plus, dans ta vie de tous les jours,  comme c’est bizarre, on te fait des réflexions, tu as l’impression de ne jamais être assez bien. Tu ne te sens pas soutenue, tu te sens humiliée même parfois  … mais tu te dis encore que c’est de ta faute, que  tu es nulle… Avec le temps, tu n’as plus  confiance en toi , vous n’as plus d’estime de toi….ce qui t’empêche d’avancer, de savoir ce que tu veux vraiment mettre en place.

Il va falloir commencer à avoir le courage de poser tes limites.  Je sais que tu te sens comme une victime, et que tu trouves cela injuste.

Et plus on subit, plus on a peur et moins on agit …plus on se sent impuissante et dominée.

Alors qu’en fait, c’est tout le contraire, croyez en mon expérience.

Ce sont de fausses croyances, on t’ as appris à rendre service, à être gentille, à bien travailler à l’école, à  travailler dans tel domaine pour être reconnue. A faire plaisir aux autres, et du coup faire pour les autres… et tu as cru que penser à soi, c’était être égoïste.

As tu vraiment envie d’être épanouie dans le travail que tu fais ? As tu envie qu’on te respecte et ne plus subir la pression des autres ?

Plus tu oseras dire non, plus tu seras respectée, plus tu poseras tes limites, plus tu te sentiras légitime, plus tu existeras….et plus tu auras confiance en toi.

 

Les 3 stratégies pour apprendre à dire NON

1ère étape : se respecter 

Pour Commencer par te respecter, c’est  prendre ta place, prendre ta vie en main.  Tu le mérites.  Tu as  le DROIT, tu es libre, tu peux t’ autoriser à exister, et même briller,

Tu es une personne libre dans un pays libre. Qui a le droit de te rabaisser ou t’humilier ? Personne. 

Qui doit te  dire ce qu’il faut faire ou ne pas faire ? C’est toi et toi qui es le maître de ta vie.(comme interdiction de fumer, interdiction de manger des desserts car vous êtes trop ronde après la grossesse, etc… j’en ai entendu dans mon cabinet de toutes les couleurs) on ne se rend plus compte de la gravité de la situation , je le sais très bien et plus on attend plus c’est dur de s’en sortir.

Analyse :

On aurait tendance à se mettre en victime ( trop facile ) . ET là où nous sommes responsables de ce mécanisme, c’est que nous nous mettons en situation de “petite fille”.  Je sais que cela peut paraître si injuste, puisque tu fais tout pour faire plaisir aux autres et en retour tu peux t’en  “prendre plein la figure” . Mais, si tu es honnête avec toi-même.  Cela t’arrange de ne pas prendre trop de courage pour affronter l’autre. C’est plus facile de faire la gentille et se plaindre  pour être soutenue, aimée…. Oui je sais cela fait mal de prendre conscience qu’on a pu entretenir aussi ce mécanisme qui au début est pour nous protéger et par manque d’amour mais après on l’a entretenu jusqu’à en arriver à ne plus pouvoir faire autrement et avoir une peur viscérale de dire aux autres “non”, de dire aux autres, je n’ai pas envie, je ne veux pas, j’ai envie de….

D’ exprimer tes besoins cela te parait-il si compliqué ?

Un conseil : C’est de commencer par des petites choses comme à un collègue qui te demande de faire un travail en plus alors que tu est déjà stréssée et surmenée avec ton propre job.

Plutôt que de continuer à te sentir victime : “c’est injuste,  c’est la faute des  autres”. Plutôt que d’être dans la culpabilité, la plainte, la critique, la réaction… Ne culpabilises pas, c’est normal ce que tu ressens car moi aussi je ne comprenais pas pourquoi on me harcelait , m’agressait alors que je faisais tout pour les autres… Pourtant, on est créateur de notre vie, alors on a eu des modes de pensée, attitudes et comportements qui ont fait que nous avons créé cette réalité. Le premier pas viendra de toi et de ton changement intérieur.

Surtout de croire en toi !. Et cela commence par te respecter toi-même  (prendre soin de soi, choisir ce qui est bon pour soi …).

Il est temps peut-être pour toi  :

De prendre tes responsabilités en tant qu’adulte, de faire preuve d’anticipation, de prendre des initiatives, en fonction de tes valeurs, de ce qui est important pour toi .

– De maîtriser et respecter  ton temps. Si tu es surbookée et on te demande un service, plutôt que de toujours dire oui.  Stop réfléchissez  car  tu sais que tu n’as pas pensé à ce qui est important pour toi mais tu as pensé à rendre service pour être appréciée des autres.  Un moyen simple de dire NON: ” j’aurai aimé te rendre service mais aujourd’hui ce n’est pas possible car je suis déjà prise…..”

Es tu  réellement prête au changement ?  A oser dire non ? Cela en vaut il la peine d’arrêter de se sentir victime, subir et d’agir pour prendre enfin ta vie en main.?  Tu en vaux la peine, n’est ce pas !! Chacun possède des valeurs, des envies, des différences, des talents.. Et tu as le droit de t’affirmerd’oser être qui tu es pour t’épanouir. Tu as le droit au bonheur. Eh oui toi aussi tu as le droit !

2ème étape : déterminer son cadre / ses limites

  • Délimitez son territoire

Pour t’aider à poser tes limites. Je t’ invite à lister tout ce que tu aimes, tes goûts, tes valeurs, tes envies. Qu’aimerais-tu faire dans ta vie … (faire une semaine de rando.. voyager au Népal.. etc…).

Ce qui m’a aidé c’est de poser mon cadre, mes conditions plutôt que de subir une situation  et que je puisse définir si c’est bon ou pas  pour moi. Alors poses-toi à chaque fois la question ? Est ce que j’ai envie de cela ou pas ? Est ce important pour moi ou pas ? Exprime ce dont tu as besoin ou envie et exprime ton ressenti en disant si cela te convient ou pas . Tu sera plus en confiance.

Le fait d’expliquer ce que je souhaite m’a aidé à me positionner et de savoir ce que je voulais et si les conditions ne sont pas respectées, vous pouvez plus facilement dire non quand la personne vous redemande la même chose.

Oses demander ! Par exemple,  à ton supérieur hiérarchique, l’autorisation de partir plus tôt car tu dois ce soir là t’occuper d’une chose importante pour ta famille.

Plus tu poseras tes limites, plus on va te considérer

Pour t’aider à poser tes limites. Je t’ invite à lister tout ce que tu aimes, tes goûts, tes valeurs, tes envies. Qu’aimerais-tu faire dans ta vie … (faire une semaine de rando.. voyager au Népal.. etc…).

Ce qui m’a aidé c’est de poser mon cadre,mes conditions plutôt que de subir une situation  et que je puisse définir si c’est bon ou pas  pour moi. Alors poses-toi à chaque fois la question ? Est ce que j’ai envie de cela ou pas ? Est ce important pour moi ou pas ? Exprime ce dont tu as besoin ou envie et exprime ton ressenti en disant si cela te convient ou pas . Tu sera plus en confiance.

Le fait d’expliquer ce que je souhaite m’a aidé à me positionner et de savoir ce que je voulais et si les conditions ne sont pas respectées, vous pouvez plus facilement dire non quand la personne vous redemande la même chose.

Oses demander ! Par exemple,  à ton supérieur hiérarchique, l’autorisation de partir plus tôt car tu dois ce soir là t’occuper d’une chose importante pour ta famille.

Plus tu poseras tes limites, plus on va te considérer.

3ème étape : ne pas répondre de suite

  • A chaque fois, qu’on te demande un service ou autres. Prends le temps de ne pas répondre de suite.

Et réfléchir à la question suivante, est ce bon pour moi ? est ce que cela me fait plaisir 

4ème étape : expliquer la situation avec ses ressentis 

Dire non à un chef qui te surcharge de travail ou refuser qu’un projet prenne une direction qui te déplaise… «Cela requiert du courage mais c’est vital,explique Marie-Aimée Peyron, nouvelle bâtonnière de Paris et avocate d’affaires. Cela garantit votre liberté, votre indépendance et prouve aussi que vous connaissez vos limites, ce qui est une qualité. Oser dire ‘je ne sais pas’ ou ‘il me manque des éléments, je ne peux pas boucler ce dossier’, c’est se faire respecter et prendre soin de soi, ne pas être corvéable à merci ! Je dis cela à mes avocats, femmes et garçons ! »

  • par exemple, à la maison, au quotidien, prendre ta place, c’est demander à tout le monde de débarrasser sa table. 
  • Exemple j’ai l’impression de tout faire pour tout le monde, de mettre la table, préparer le repas et débarrasser, cela devient de plus en plus désagréable pour moi , je ne me sens pas respectée. Alors je vous propose que chacun notre tour nous mettions la table et que chacun débarrasse son assiette, ses couverts et ce qu’il y a sur la table, qu’on repartisse les tâches. Je me sentirais beaucoup mieux , êtes vous d’accord ?
  • Ou on te demande d’aller chercher l’enfant de la voisine à l’école, et même si cela ne t’ arrange pas. Comme d’habitude, tu dis “oui”  car rendre service, c’est ta devise. Tu peux apprendre à dire non par exemple de cette manière :  “C’est avec grand plaisir que je t’aurais rendue ce service, cependant j’ai un rdv, cela va me mettre en retard, j’ai autre chose de prévu….. mais pour une prochaine fois, si je suis dispo , je te rendrai ce service avec plaisir…..
  •  
  • Voilà un moyen de dire non en prenant sa place. Tu ressentiras du soulagement, tu seras fière de toi.

5ème étape : prendre du recul

Un autre outil qui m’a permise moi-même de prendre du recul face aux situations et ne pas me laisser envahir par le mécanisme d’auto défense en me taisant et n’osant plus rien dire.

Le fait de se dire : : “c’est mon problème alors la vie me teste” ,donc chaque situation est juste là pour me faire grandir, et que je puisse  m’affirmez tel que je suis  et donc avec les autres. Ce  n’est pas la personne qui nous rabaisse, mais la vie qui nous teste voir si on peut s’affirmer, se prendre en considération. Quand quelqu’un vous impose ce que vous devez faire ou comment vous devez faire ou vous fait même des reproches. Une phrase magique : “Cela, c’est que tu crois” . Et tu fais cours à la discussion plutôt que de ressentir un malaise, une attaque.

6ème étape : Retrouver l’estime de soi

Retrouver l’estime de soi, la confiance en soi, c’est se retrouver bien avec soi-même …on s’agite souvent , peur de se retrouver face à soi. Alors que pourrais-tu  faire seule en prenant du plaisir ?  (lire un livre, une balade, décorer votre maison etc…)

    • Tout d’abord prendre conscience de ce que tu vis en ayant refuser de te dire oui, et te donner le droit d’exister. Tu es malheureuse et c’est ce qui dans toute ta vie te bloque.
    • Ne plus t’auto-saboter et être fière de toi!  (je t’invite à faire une liste de tout ce que tu as fait de merveilleux dans ta vie, tes diplômes, tes victoires, tes réussites, tes expériences gratifiantes….) Tu es capable de plein de choses mais tu ne te rends même pas compte. Go pour ton bilan !
    • Tu as tellement de valeur qu’il faut accentuer cela chez toi pour croire en TOI !
    • Changer d’état d’esprit négatif en positif. Si tu te dis tout le temps par exemple et certaines se reconnaîtront : ” je ne suis pas capable. Moi je n’y arriverais pas”  ” Je suis seule donc je suis une pauvre fille”. ” Je suis trop vieille, je ne trouverais pas le travail dont je rêve”. Bref, je pourrais en écrire un livre. QUE TA VOLONTÉ SOIT FAITE !Tes pensées créent ta réalité.
    • Moi, je crois en chacune d’entre vous. S’il te plait, fais l’effort, aies le courage de te valoriser plutôt que de continuer à te dire je ne suis pas capable, je n’y arriverai pas, je ne suis pas à la hauteur, je suis nulle, je suis grosse, et je ne sais quoi encore

Reprenez de l’amour pour vous même en prenant soin de vous (massages, temps pour vous, et….)

Lire les 4 stratégies pour augmenter l’estime de soi :  https://www.ktcsuccess.com/strategies-lestime-de-soi-reussir-sa-vie/

    • Réfléchissez en JE et non pour les autres. Ce n’est pas de l’égoïsme ! C’est quand tu seras bien avec toi-même que tu aideras mieux les autres.

Tu as le droit d’être libre, d’être heureuse,  de faire ce que tu aimes et non ce que les autres veulent que tu fasses.

C’EST ÊTRE LIBRE DÊTRE SOI-MÊME ET D’AVOIR UNE VIE ÉPANOUISSANTE !

Alors ACTION ?

  • Après cet article,  es-tu prête à oser dire non pour changer et pouvoir réaliser tes projets avec confiance et succès ..?
  • Je sais que cela demande du courage, d’affronter tes peurs. Mais quel soulagement ce sera. Quel bon en avant tu vas pouvoir faire dans tous les domaines de ta vie. Go GO !

N’hésites pas à m’envoyer tes commentaires. Et à prendre contact pour raconter ton histoire car je réalise des portraits de femmes.

“Si vous connaissez quelqu’un d’autre que vous aimez et que cet article pourrait aider , sentez-vous à l’aise d’être généreux et de donner en partageant cet article ou en lui envoyant ce contenu”

Devenez l’héroïne et le héros de votre vie !

Katia Chanteloup Tarantola

Accompagnement au changement 

confiance en soi – Réussite professionnelle

www.ktcsuccess.Com

 

Vous allez aussi aimer

Le mode d’emploi pour changer ses croyances limitantes

Je crois que Tout est POSSIBLE. Et vous ? Croyez-vous que tout est possible pour vous ?
Vous allez me dire, elle est bien gentille cette coach. C’est facile à dire mais pas si facile à reprogrammer des croyances depuis l’enfance d’un coup de baguette magique !!!
Dans cet article, je vous partage 3 outils puissants et qui marchent pour inverser vos croyances limitantes et croire en vous et réussir à atteindre votre cap sans freins.

COMMENT s’investir dans le job de ses rêves PEUT MENER AU BURN OUT

L’histoire d’AUDE SELLY : “quand le travail vous tue “
J’ai rencontré Aude au SalonRH à Paris. Une belle rencontre au hasard de la vie. Quand elle a parlé de ce qu’elle a vécu :l’épuisement au travail jusqu’à faire une tentative de suicide, je me suis dit que son histoire pouvait servir à d’autres femmes pour les alerter car de nombreuses femmes que je vois en accompagnement s’oublient, n’osent pas dire non, et donnent tout dans leur travail pour arriver à des situations similaires d’épuisement au travail. Le témoignage d’Aude peut interpeller de nombreuses femmes qui vivent la même expérience

Share This